Cyber-victimes

Les services présentés ci-dessous sont à contacter en cas de malveillance informatique

Vous êtes victime d’une malveillance informatique ? Découvrez les services de l’Etat auxquels vous adresser en France

Devant l’augmentation des appels et courriers reçus, le CLUSIF propose ci-dessous une liste (non-exhaustive) de services de l’Etat spécialisés dans les malveillances liées aux technologies de l’information et de la communication. Cette information s’adresse à tout public (particuliers, entreprises ou administration) souhaitant faire cesser un trouble ou faire valoir ses droits.

Agissez rapidement mais discrètement…

Les informations numériques sont très volatiles, il est donc nécessaire d’agir rapidement pour préserver d’éventuels indices (sauvegarde de toutes les informations liées au litige : capture d’écran, courriels, etc.).

La malveillance peut également être d’origine interne à votre entreprise ou proche de votre environnement.

Il est donc souhaitable de limiter la diffusion de connaissance de la suspicion de malveillance aux seules personnes ayant le besoin d’en connaître l’existence. Les services présentés ci-dessous disposent de compétences et de juridictions clairement établies. En conséquence, ils seront en mesure de vous indiquer l’interlocuteur approprié ou de faire suivre votre dossier.

Les acteurs :

Le dispositif national d’assistance aux victimes d’actes de cybermalveillance

Présentation

Le dispositif Cybermalveillance.gouv.fr est animé par le groupement d’intérêt public (GIP) Action contre la cybermalveillance (ACYMA) et porté par une démarche interministérielle. C’est un programme gouvernemental assumant un rôle de sensibilisation, de prévention et de soutien en matière de sécurité du numérique auprès de la population française, des entreprises et des collectivités territoriales.

La plateforme en ligne du dispositif est compétente sur tout le territoire national.
Particuliers, entreprises et collectivités territoriales
La plateforme en ligne du dispositif est là pour accompagner sur :
– l’établissement d’un diagnostic précis de sa situation ;
– la mise en relation avec les spécialistes et organismes compétents proches de chez soi
– la mise à disposition d’outils et de publications dispensant de nombreux conseils pratiques.

Sous Direction de Lutte contre la Cybercriminalité (SDLC)

Présentation

La Sous direction de Lutte contre la Cybercriminalité répond au besoin de développer une politique globale de lutte contre la cybercriminalité en intégrant les missions de prévention et de répression. Elle définit les stratégies à mettre en œuvre dans les domaines de l’opérationnel, de la formation et de la prévention du grand public et du tissu économique. La SDLC comprend un bureau de coordination stratégique, l’office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC), et une division en charge de l’anticipation et de l’analyse.

La SDLC est compétente sur l’ensemble du territoire national. La Direction Centrale de la Police Judiciaire dispose également sur l’ensemble de ses services territoriaux (Directions interrégionales et régionales de Police Judiciaire) d’un réseau d’Enquêteurs Spécialisés en Criminalité Informatique compétents pour diligenter des enquêtes dans leur ressort de compétence géographique.
Particuliers & PME
La SDLC intervient sur des affaires d’envergure nationale et internationale dans le cadre d’enquêtes liées aux technologies de l’information et de la communication (ex : intrusion, entrave ou altération de systèmes informatiques, de contrefaçon de cartes de paiement, atteintes aux personnes et aux biens).
Plateforme téléphonique « Info-escroqueries » : 0811 02 02 17 Site Internet Services de signalements en ligne de contenus illégaux sur Internet.

Gendarmerie Nationale

Présentation

La gendarmerie nationale est une des deux forces de police françaises. Elle dépend pour son administration du ministère de la défense et pour emploi du ministère de l’intérieur. Les enquêtes judiciaires sont menées sous le contrôle du ministère de la justice. La gendarmerie nationale s’est engagée résolument ces dernières années, dans la lutte contre les nouvelles formes de criminalité, en rapport notamment avec l’utilisation de l’Internet. Cette nouvelle typologie de crimes et de délits a nécessité la mise en place aux niveaux central et territorial de formations et de moyens spécifiques.

Les unités de gendarmerie nationale sont implantées sur l’ensemble du territoire français, en métropole et outre-mer. La gendarmerie est chargée de la sécurité publique en dehors des grandes villes, ce qui représente environ 95% du territoire national et 50% de la population.
Particuliers
Les personnels de la gendarmerie sont juridiquement compétents pour traiter de toute infraction, et notamment de toute atteinte à un système de traitement automatisé de données. Des enquêteurs spécialisés en technologies numériques sont implantés sur l’ensemble du territoire.
Pour trouver un enquêteur spécialisé susceptible de répondre à vos questions ou de prendre une plainte dans votre secteur d’implantation, vous pouvez contacter toute brigade de gendarmerie et demander à être mis en relation avec un « enquêteur NTECH ». Vous pouvez aussi contacter la division de lutte contre la cybercriminalité du service technique de recherches judiciaires et de documentation (STRJD) à Rosny-sous-bois en envoyant un courrier électronique à l’adresse judiciaire@gendarmerie.defense.gouv.fr

Brigade d’enquêtes sur les fraudes aux technologies de l’information (BEFTI)

Présentation

Créée en février 194, la Brigade d’enquête sur les fraudes aux technologies de l’information (BEFTI) compte 25 policiers spécialisés dans les nouvelles technologies. Leur mission principale consiste à élucider les crimes et délits informatiques. La BEFTI apporte également une assistance technique et matérielle aux autres services de la police judiciaire et aux commissariats du ressort. Elle contribue enfin à la diffusion d’une culture de cybervigilance et de cybersécurité auprès du grand public et de professionnels du secteur informatique.

Compétente sur le ressort de Paris et de la petite couronne, la BEFTI travaille sous l’autorité des Procureurs de la République et des juges d’instruction. Cette compétence peut toutefois être étendue à l’ensemble du territoire national avec l’accord des Autorités Judiciaires.
Particuliers & PME
La BEFTI intervient principalement dans les affaires portant atteinte aux systèmes de communication : intrusions et compromissions d’ordinateurs et de réseaux, défigurations de sites ou encore contrefaçon de logiciels. De manière générale, la BEFTI n’enquête pas sur les infractions traditionnelles véhiculées par les réseaux, hormis les cas où le mode opératoire sera particulièrement technique ou inédit.
Adresse : 122-126 rue du Château des Rentiers, 75013 Paris Téléphone : 01 55 75 26 19

Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI)

Présentation

Créée en mai 2014 à la suite de la Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI), la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI) est un service actif de la police nationale. Elle est chargée, sur l’ensemble du territoire de la République, de rechercher, de centraliser et d’exploiter le renseignement intéressant la sécurité nationale ou les intérêts fondamentaux de la Nation. La DGSI a compétence pour rechercher et prévenir, sur le territoire de la République française, les activités menaçant la sécurité du Pays. A ce titre, la DGSI exerce une mission se rapportant à la Défense Nationale.

La Direction Générale de la Sécurité Intérieure est compétente sur tout le territoire national.
Etat & OIV
La DGSI traite principalement les actes menaçant la sécurité du Pays : contre-espionnage, lutte contre le terrorisme, protection du patrimoine économique.
Téléphone : 01 77 92 50 00

Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins (Tracfin)

Présentation

Tracfin est un Service administratif de traitement du renseignement financier dont l’objectif est de lutter contre les circuits financiers clandestins, le blanchiment de l’argent et le financement du terrorisme. Pour ce faire, Tracfin recueille, analyse, enrichi et exploite tout renseignement propre à établir l’origine ou la destination délictueuse d’une opération financière à partir de déclarations effectues par les professionnels assujettis. Tracfin peut également s’opposer à l’exécution d’une opération financière non encore réalisée.

Tracfin est depuis 2006 un service à compétence nationale disposant d’une autonomie opérationnelle pour mener à bien ses missions. Ce service est placé sous la tutelle du Ministère des Finances et de Comptes publics.
PME & Professionnels assujettis
Tracfin n’est pas habilité à recevoir et à traiter les informations transmises par des particuliers. Ce service est chargé de recueillir, d’analyser et d’enrichir les déclarations de soupçons que les professionnels assujettis sont tenus, par la loi, de lui déclarer.