QUELLE PLACE AUJOURD’HUI POUR LE RÉFÉRENTIEL GÉNÉRAL DE SÉCURITÉ ?

En décembre 2005, le Premier Ministre promulguait une loi qui donnait naissance à la Direction Générale de la Modernisation de l’Etat, aujourd’hui le Secrétariat Général pour la Modernisation de l’Action Publique. Parmi ses missions et attributions, le SGMAP a créé un ensemble de référentiels devant favoriser et pérenniser l’e-administration en France. Pour asseoir la confiance dont les citoyens ont besoin dans l’échange d’information avec les e-services, mais aussi pour sécuriser les échanges entre les institutionnels, comme les ministères, collectivités territoriales et autres organismes d’état, un référentiel a été établi à cet effet : le Référentiel Général de Sécurité.

A la veille de la publication de la version 2.0 de ce document par l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI), le CLUSIF souhaite apporter un éclairage sur la portée de ce document dans le contexte actuelle de la SSI. Si le RGS concerne avant tout les acteurs des téléservices, il peut être pertinent pour d’autres secteurs de l’économie d’en comprendre les tenants et aboutissants ainsi que les enjeux couverts. Notamment, le CLUSIF souhaite apporter un éclairage sur :

  • le contexte du RGS, ses objectifs et son périmètre ;
  • l’éternelle question sur la balance entre une conformité et une gestion, appropriée, des risques dans le cadre du RGS;
  • les produits de sécurité certifiés : les apports de la Certification de Sécurité de Premier Niveau introduit par l’ANSSI vis-à-vis du processus de certification Critères Communs ;
  • La pertinence des critères de choix des prestataires dans le cadre du RGS (audit, IGC, etc.) ;
  • Comment et pourquoi le RGS peut-il ou ne peut-il pas apporter un cadre de sécurité à d’autres acteurs de l’économie française ? Quels en seraient les éventuels gains pour les entreprises concernées et leurs clients ? Notamment les consommateurs…

L’objet de cette conférence était d’apporter un éclairage sur cette thématique au travers de retours d’experts, de juristes ou de collectivités territoriales voire des représentants de l’état, acceptant de témoigner de cette situation.

 

Présentations à consulter

Vidéos